31 mai 2008

La Playlist Infinie #15 : Yoav

Les vrais et purs talents musicaux sont rares à émerger sur la scène musicale. Tous les ans, des tas d'albums sont enthousiasmants, des tas de nouveaux groupes, chanteurs, chanteuses valent largement qu'on les écoute et les réécoute encore et encore. J'en fais largement écho sur ce modeste blog.

Et voilà qu'au détour de prérégrinations nocturnes sur Internet, je tombe sur la page Myspace de YOAV.

Je lis sur des webzines et blogs qu'il est le mélange entre Damien Rice et les Neptunes, qu'il est Jeff Buckley rencontrant Beck et Björk. Peut-être bien...

Né en Israel, YOAV a vécu en Angleterre, en Afrique du Sud, à New York et s'est fait connaître en faisant la première partie de Tori Amos aux Etats-Unis l'année dernière. Son seul instrument, c'est la guitare sèche. Et l'usage qu'il en fait est assez stupéfiant : sur CLUB THING par exemple, on dirait qu'il a été produit par Timbaland et ses armadas de boîte à rythmes synthétiques... Et bien non, ce n'est que sa main qui frappe sur la guitare !!!

Avec YOAV, on est dans une autre dimension, dans une dimension qui fait rimer pop et innovation, qui fait rimer dance et émotion. Bref, une dimension rarement atteinte par la très grande majorité des artistes de cette planète.

Clairement, la GRANDE REVELATION MUSICALE de cette année !!! De morceaux en morceaux, son album CHARMED & STRANGE révèle toute sa richesse, toute sa complexité, toute son ampleur, pour finir sur une réprise surréaliste et magnifique du classique des Pixies "Where Is My Mind" !

"Club Thing"


"Adore, Adore"


"Beautiful Lie"


MySpace de Yoav

30 mai 2008

La Playlist Infinie #14 : The Indelicates

Originaire du Sussex en Angleterre, The Indelicates, c'est Julia et Simon Indelicate. Lui est un poète. Elle est photographe et fondatrice du groupe The Pipettes, groupe qu'elle quittera en 2006 pour se consacrer à son nouveau groupe The Indelicates !

Objet d'un buzz assez conséquent en Grande-Bretagne depuis quelques années, grâce à leurs premiers singles sortis en totale indépendance, ils sortent aujourd'hui leur premier album AMERICAN DEMO, un album bourré de tubes en puissance grâce à leurs mélanges assez fabuleux d'un rock limite punk et de mélodies purement pop.

Et grâce à des clips bourrés d'humour, un sens de la mise en scène baroque et des paroles poétiques et intelligentes, The Indelicates se sont très très vites imposés dans mon Ipod !

Mais le mieux, c'est de chanter avec eux : "This scene is the scene to be seen in / Not that the scene is what we'd be seen with / We just wanna be 16 (16) 16 (16) / Even though we're 23"

"Sixteen"


"Julia, We Don't Live in the 60's"


"America"


MySpace de The Indelicates

29 mai 2008

La Playlist Infinie #13 : Spree Wilson

Habituellement sur ce blog, je ne parle pas trop d'artistes naissants, de chanteurs sans albums... Notamment car je n'ai rien de vraiment concret à quoi me rattraper : un clip ? un univers ?

Mais là, je ne peux pas faire autrement ! Il n'aura fallu qu'un coup d'oeil à superbe page MySpace de SPREE WILSON pour me convaincre d'écrire un petit quelque chose sur ce nouveau venu sur la scène musicale d'Atlanta !


Atlanta qui représente pour moi la mecque de la musique noire depuis le début des années 90 et l'apparition du collectif Organized Noize, responsable entre autres des 3 premiers albums (et chefs d'oeuvre) de Outkast, du premier album de Goodie Mob, du "Waterfalls" de TLC, du groupe soul le plus intéressant des 90's Society of Soul etc. etc.

Et bien, après la découverte il y a quelques mois de la belle et ultra charismatique Janelle Monae qui vient de signer avec Bad Boy Records, le label historique de P Diddy, Spree Wilson est le nouveau talent brut venu d'Atlanta.

Moqué à l'école car il écoutait aussi bien Outkast que REM, les Beach Boys ou Nirvana, Spree Wilson peut désormais savourer sa vengeance en livrant sur son tout jeune MySpace (9125 connections à l'heure où j'écris ces lignes !) 3 morceaux extraordinaires qui montrent l'étendue d'un talent incontestable.

Rap, soul, rock, la musique de Spree est un peu de tout ça ! Mais on retrouve surtout un flow ressemblant beaucoup à un des meilleurs groupes "hip hop alternatif" des années 90 : The Pharcyde !

Voilà, c'est frais, c'est léger et c'est peut-être une future star... Moi, je suis déjà conquis. A vous d'en juger...

MySpace de Spree Wilson

27 mai 2008

Vu et Entendu au Festival de Cannes...#1

Ca fait déjà quelques jours que je suis rentré du Festival de Cannes - mon deuxième.

Cannes, c'est la guerre pour avoir des invitations aux fêtes. Cannes, c'est des bimbos silliconées plein les rues, des hommes d'affaires bedonnants avec des gros cigares et des vieilles à la peau cramée par les UV et aux lèvres gonflées. Cannes, c'est aussi des auteurs rachitiques qui viennent présenter à ces mêmes bimbos, hommes d'affaires et vieilles un film chiant à mourir qui les a mis sur la paille. Cannes, c'est aussi des milliers de quidams à la recherche de la photo ultime de la choucroute (car ils étaient trop loin pour l'avoir en entier) d'Angelina Jolie. Cannes, c'est des professionnels (du journaliste au distributeur en passant par le chef de pub ou le producteur) qui se biturent jusqu'à l'écoeurement dans des fêtes somptueuses. Cannes, c'est quelques dizaines d'autres quidams prêts à affronter un cagnard d'enfer (ou au choix des cordes de pluie) pendant près de 6 heures pour être aux premières loges devant les marches et espérer un autographe ou une photo des quelques stars qui défilent.

Bref, Cannes, c'est unique au monde : le mélange ultime de glamour, de vomi, de silicone et de cinéma art-et-essai. LE TRIP, quoi !

L'occasion de revenir sur quelques anecdotes savoureuses qui n'auraient jamais pu arriver ailleurs... Ou alors pas en aussi peu de temps, sur aussi peu de kilomètres carrés...

Il y a d'abord les phrases entendues le long de la Croisette. Des petites phrases complètement saugrenues comme : "Je saute pour être toute excitée" (prononcée par une bimbo en pleine préparation d'un happening). Des phrases comme "Je préfère sa copine car elle a de plus gros tétés" (prononcée par un technicien informatique du Palais des Festivals).

Mais Cannes, c'est aussi des situations carrément inoubiables comme cette fois où je me suis retrouvé dans un ascenseur avec la réalisatrice Josée Dayan qui commence à s'énerver sur les 3 ou 4 personnes présentes car, entre les gens qui montent et qui descendent, elle n'arrive pas à son étage ! Déjà c'est pas mal mais lorsqu'enfin elle croit être arrivé devant sa chambre, on entend "Merde, c'est pas la bonne !", alors là c'est le pompon... Tout le monde explose de rire !

C'est aussi une discussion passionnante avec le propriétaire d'une salle de cinéma au Québec qui raconte que cette édition 2008 marque son 34e Festival, qu'il a assisté au Festival de mai 68, qu'à l'époque l'organisation était bien plus chaotique, que les gens se poussaient comme dans le métro pour entrer dans les projections...

Mais à Cannes, cette année, je suis également redevenu un grand enfant, tout excité à l'idée d'être une des toutes premières personnes au monde à voir les 4e aventures du célèbre Indiana Jones ! Et quel panard de découvrir sur l'immense écran du Grand Théâtre Lumière du Palais des Festivals ce film tant attendu (qui par ailleurs ne déçoit pas un instant)...

Et rien que pour ça, entre deux RV professionnels et le stress qui va avec, Cannes reste vraiment MAGIQUE...

24 mai 2008

American Teen : mythe et réalité

Depuis quelques jours, deux bandes-annonces sont apparues sur la toile : la première pour le documentaire AMERICAN TEEN, la seconde pour la série TV BEVERLY HILLS 90210 Nouvelle version.

Deux bandes-annonces, deux visions diamétralement opposées de la jeunesse américaine.

Dans la première, la réalisatrice Nanette Burstein tente de reprendre les clichés d'un célèbre teen movie des années 80 (BREAKFAST CLUB) pour mieux faire ressortir la réalité d'un groupe d'adolescents très différents : le sportif, la reine de beauté, le geek, le beau gosse et l'artiste.

Ici place aux beguins totalement inattendus, aux boutons d'acné, aux moments d'intense bonheur, aux petites peines, aux habituels plans foireux, aux doutes face à un avenir incertain...



Dans la seconde, la chaîne CW, chaîne pour ados du réseau Warner aux USA (LES FRERES SCOTT, GOSSIP GIRL, SMALLVILLE...), balance les premières images de sa nouvelle série phare : une version 2008 de la série culte des années 90, BEVERLY HILLS.

Et là, c'est tout autre chose : des ados qui ont l'air d'avoir trente ans, des peaux immaculées, des trahisons, des sourires ultra bright et surtout des clichés qui restent des clichés (le black pauvre adopté par des blancs riches, la petite peste blonde, la gentille fille brune...)



D'après vous, les premiers aimeront-ils regarder les seconds ? A une époque où les ados américains se ruent en masse voir JUNO au cinéma, difficile de croire que l'Amérique d'aujourd'hui aime les frasques glamour d'ados de pacotille ? Mais on a le droit de se tromper...

22 mai 2008

Le côté obscur d'une banlieue ordinaire

Non, ce n'est pas le dernier titre racoleur du prochain numéro d'un magazine d'info de TF1!

Ce serait plutôt la vision des plus originales d'un photographe français sur la banlieue. De Boulogne à Noisy Le Grand, de Créteil à Pantin, Cédric Delsaux a ainsi écumé la vie derrière le périphérique pour photographier son architecture bien réelle mais également si irréelle. De cette réflexion est alors née sa série de photos LA VITRINE DES CHOSES dans laquelle il a l'idée d'incruster les personnages phares de la saga STAR WARS.

Drôle d'idée !

Pourtant, à travers ses photos, Cédric Delsaux crée une oeuvre des plus hypnotique, entre art "geek" et déclaration d'amour à des paysages de béton armé qui livrent ici une mélancolie assez bouleversante.

Parce que voir C3PO ou des gardes impériaux perdus au milieu d'une dalle de béton d'une banlieue française anonyme, ça a quelque chose d'intense, de beau et de triste.

13 mai 2008

Poultrygeist : Sacrifice de Poulet !

Cannes est sur le point de commencer ! Et lorsqu'on parle de Cannes, on parle de deux choses : d'une part, la compétition, la vitrine, ses films intimistes, le paradis des cinéphiles en lunettes, pulls jacquards et vestes en tweed... D'autre part, le marché du film, ses films d'horreur fauchés, le paradis des nerds à gros vers, des T-shirts sales et des baskets pourris !

Et quand on parle de films d'horreur fauchés, on pense TROMA ! La société culte de Lloyd Kaufman qui écume tous les ans la croisette avec ses déguisement horrifiques et ses bimbos trash !

Cette année, la petite bande ne manquera sûrement donc pas d'assurer la promo de POULTRYGEIST: NIGHT OF THE CHICKEN DEAD, leur nouvelle production dans laquelle les clients et les employés d'un fast-food construit sur un ancien cimetierre amérindien se transforment en poulet-zombie sous l'effet d'une viande de poulet avariée !

ATTENTION AUX AMES SENSIBLES ! LES IMAGES QUI SUIVENT SONT TRES TRES GORE MAIS AUSSI TRES TRES DROLES !!!!


09 mai 2008

Et si votre père... : le cauchemar d'Andy

Andy Samberg n'aurait jamais du présenter Jonah Hill (de la comédie SUPERGRAVE) à sa famille...


Et oui, ces deux là ne reculent devant rien et c'est comme toujours à MOURIR de rire !

05 mai 2008

Robert Downey Jr : Trop Cool !

De Robert Downey Jr, on a tendance à voir aujourd'hui qu'un ancien camé déglingué, qu'une caricature d'acteur hollywoodien, mégalomane, ex-sniffeur de coke et accroc aux groupies...

Un portrait caricatural qui n'est sûrement pas éloigné d'une certaine réalité... Ses exploits n'ayant été caché à personne !

Mais voilà, serait-il l'acteur que l'on connaît sans ça ?

Car Robert Downey Jr, c'est aussi un des acteurs les plus doués de sa génération (dont font également partie les plus connus mais plus "fades" John Cusack, Keanu Reeves et autres Tom Cruise).

Downey Jr n'a jamais joué dans un immense chef d'oeuvre. Il n'a jamais joué dans un immense succès public (au contraire de ses petits camarades cités plus haut). Mais quel charisme !! Quelle élégance naturelle devant la caméra !!

Capable de se glisser dans la peau de n'importe quel personnage, du naïf amoureux (CHANCES ARE) au playboy (TWO GIRLS AND ONE GUY), du bourgeois cocaïné (LESS THAN ZERO) au prolo de base (A GUIDE TO RECOGNIZING YOUR SAINTS), du cynique absolu (TUEURS NES / WONDER BOYS) au romantique rêveur (ONLY YOU), de l'hétéro à l'homo (POUR UNE NUIT / BLACK & WHITE), Downey Jr est LE pur acteur de composition de sa génération, même s'il n'a été nommé qu'une fois à l'Oscar du meilleur acteur (pour son incroyable représentation de Charlie Chaplin dans le film éponyme).



Aussi doué dans la comédie que dans la plus pure tragédie, il s'est malheureusement laissé aller aux pires excès de la vie hollywoodienne, entre dépression chronique, alcoolisme, drogues dures, séjours en prison, arrêts de tournage etc. Des excès qui auraient pu stopper net sa carrière déjà bien entamée depuis le milieu des années 80. Il n'aurait pas été le premier et sûrement pas le dernier.

Mais avec un talent comme le sien, il semblait comme une évidence de le revoir remonter sur le devant de la scène hollywoodienne, une fois les démons rangés une bonne fois pour toutes au placard.

Ainsi, après d'énormes roles ces deux dernières années (ZODIAC, FUR, KISS KISS BANG BANG...), Robert Downey Jr est devenu IRON MAN ! Et personne d'autres n'aurait pu l'être mieux que lui : ableur, excentrique, séducteur, mégalomane, nonchalant, Robert Downey Jr est Tony Stark, le génie et marchand d'armes cynique reconverti en bienfaiteur de l'humanité sous sa carapace d'acier, après s'être vu mourir. Si le blockbuster de Jon Favreau a bien d'autres qualité, il faut clairement avouer qu'elles ne seraient rien sans Downey Jr qui "run the show" (comme dirait les Américains)...

La rédemption est possible à Hollywood. Downey Jr en est la preuve la plus belle ! Quel gâchis cela aurait été de ne plus le voir sur un écran de cinéma... Il est juste fait pour ça !

02 mai 2008

NPH : Obey The Master

A 16 ans, NPH était capable de vous sauver la vie en vous opérant à coeur ouvert ! A 35 ans, NPH est un modèle à suivre, le guide spirituel pour donner un sens à votre vie minable, le dompteur de licornes et le maître absolu du costume trois pièces !

Vous avez du mal avec les filles ? Vous êtes la risée de vos collègues ? Vous vous ennnuyez au travail ? Vous pensez être un loser ?

Pas d'inquiétudes, NPH es là... Et ça va être LEGENDAIRE !!



Pour plus d'informations, rendez-vous ici :
What Would NPH Do ?

01 mai 2008

Vous avez dit stressant ?

NO COMMENT !