14 novembre 2007

ONCE in a life...

Il y a milles façons de faire des comédies musicales. En général, les plus fréquentes sont d'un calibre très hollywoodien, façon "Moulin Rouge", "Dreamgirls", "Chicago", "Hairspray"... pour ne citer que les récentes. En gros, des films plein de costumes et de décors flamboyants, de tours de chants à gros renforts de choeurs et d'instrumentations grandiloquentes...

En Europe pourtant, on a une tout autre façon de faire les comédies musicales. Plus ancrées dans la réalité, les chansons sont plus intimistes, plus tendres. Récemment, en France, il y a eu LES CHANSONS D'AMOUR par exemple.


Dans une veine similaire, cette semaine sort au cinéma le film irlandais ONCE. Et s'il n'y avait qu'un film à voir en cette fin d'année, ce serait sûrement celui-là. Véritable lettre d'amour à la MUSIQUE en général, il est devenu "commun" de citer Spielberg affirmant que ce film lui a donné assez d'inspiration pour le reste de l'année.

Mais en voyant ce film, on comprend aisément pourquoi ! Modèle de simplicité, ONCE repose sur un principe inédit et carrément novateur : "UNE CHANSON DE 3 MINUTES PEUT EXPRIMER AUTANT DE SENTIMENTS QUE 30 MINUTES DE DIALOGUES DE FILMS".
Dans ONCE, les chansons ne sont donc pas intrusives, elles s'intégrent dans l'intrigue (répétitions des musiciens, enregistrements...)

ONCE dure 1h20 et a été tourné pour à peine 100 000 euros. Des moyens DERISOIRES dans le cinéma moderne. Mais le resultat est l'écran est digne de la plus grande épopée romantique. Un résultat juste MAGIQUE et BEAU.

BEAU comme une chanson d'amour universelle, bien plus émouvante et transcendante que 30 minutes d'aller-retour amoureux rempli de dialogues fleur bleue.
BEAU comme le sourire de celle que vous aimez.
BEAU comme le hasard d'une rencontre qui peut changer votre vie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire