23 octobre 2006

LES FILS DE L'HOMME : Apocalypse...

L'année dernière, il y avait eu LA GUERRE DES MONDES de Steven Spielberg. Depuis mercredi dernier, il y a LES FILS DE L'HOMME d'Alfonso Cuaron. Qu'est ce que ces deux films ont en commun, à part d'être deux films de science-fiction ?

Ils ont en commun la peur viscérale qu'ils arrivent à transmettre en s'inscrivant directement dans le quotidien le plus banal. Dans le premier, le monde est envahi par des extraterrestres qui veulent détruire la Terre, en écho à la vague de terrorisme qui ravagent le monde. Dans le deuxième, la menace vient de l'homme lui-même : après une guerre nucléaire qui a mis le monde au bord du chaos, toutes les femmes sont devenues stériles. A terme, c'est donc la fin de l'humanité...

Tourné avec un brio technique époustouflant (des plans séquences de plusieurs dizaines de minutes émaillent le film), LES FILS DE L'HOMME décrit un monde et en particulier une Europe (il se déroule en Angleterre) au bord du gouffre qui fait la chasse aux réfugiés allemands, polonais ou français, les enfermant dans des ghettos ou les exterminant sans pitié. Emaillé d'images qui rappellent ENORMEMENT l'actualité récente (les prisonniers torturés et emprisonnés dans des cages comme à Guantanamo, les manifestations islamistes, la chasse aux "sans papier", les attentats aux origines suspectes etc.), LES FILS DE L'HOMME décrit une situation qui est censé se dérouler en 2026.

Pourtant, quand on en sort, on a cette étrange sensation que ce monde pourrait très bien être celui de 2006. On a cette sensation que l'on pourrait basculer dans le monde décrit en un simple clin d'oeil...

Ca c'est très très flippant et c'est ce qui fait des FILS DE L'HOMME un must-see incontournable !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire