07 octobre 2009

La Playlist Infinie #33 : The XX

Comme quoi, parfois, il ne faut pas trop se fier aux vidéos clips. Video Killed The Radio Star, n'est-ce pas. La première fois que je tombe sur THE XX, il y a déjà plusieurs mois, c'est en effet par le biais de leur clip pour la chanson Crystalised et je n'ai pas du tout été convaincu, vraiment pas du tout. Le look gothico-emo-new wave de post-ados tout juste démoulés m'a fait fuir dès les premières minutes.

A l'ère de MySpace, Spotify et YouTube, c'est, je l'avoue, le sort que je réserve à beaucoup de groupes. En 2 minutes maxi, je me fais un jugement. Trop de choses à écouter. Trop de choses à voir. Trop de choses à découvrir. Force est donc de constater que le détail compte et une vidéo trop morne ou un look approximatif peut me faire zapper direct.

Et puis parfois, je donne une seconde chance, la plupart du temps à cause de l'acharnement médiatique d'autres blogs : à force de croiser le chemin de THE XX à longueur de posts, il a donc bien fallu que je me fasse une raison et que je jette une oreille neuve à ce groupe londonien. Je télécharge l'album. Je le mets dans mon iPod et je commence à l'écouter pour aller au boulot le matin.

Je peux pousser un gros "ouf". "Ouf" car il n'en aurait pas fallu beaucoup pour que je passe totalement à côté de THE XX. Alors que je ne voyais au départ qu'un succédané fade et juvénile de Joy Division et d'Echo & The Bunnymen, je découvrais, en me focalisant uniquement sur la musique, qu'elle était bien plus sophistiquée que je ne le pensais. Je découvrais les influences du R&B américain des 90's, notamment avec cette utilisation massive de la basse et de paroles très marquées par le sexe. Je découvrais les mélodies pop portées par la combinaison de la voix douce et féminine de la guitariste Romy Madley Croft et de celle plus monotone et masculine du bassiste Oliver Sim. Je découvrais la belle sophistication d'arrangements pourtant très dépouillés d'instruments (basse, synthé, boite à rythme, guitare). Je découvrais aussi une mélancolie très 80's (pensez Cocteau Twins par exemple).

Donc, ne faite pas comme moi, si vous ne connaissez pas déjà, jeter une oreille très attentive au premier album éponyme de THE XX. Je pense que vous ne le regretterez pas... Carolyn, spéciale dédicace ;)





MySpace de The XX

Aucun commentaire:

Publier un commentaire